Chauffe eau solaire : Informations, Conseils et Devis

Si vous êtes ici, en train de lire ces premiers mots, c’est que vous songez fortement à vous lancer dans l’installation d’un chauffe-eau solaire.

Que ce soit pour des raisons financières, ou bien pour apporter votre pierre à l’édifice du mouvement écologique, sachez que vous faites le bon choix.

Sur ce site, je vais donc vous expliquer tout ce que je sais sur le chauffe-eau solaire, son fonctionnement, son entretien, comment le choisir, quelles sont les aides de l’État, etc.

chauffe eau solaire tout savoir

Fonctionnement du chauffe-eau solaire

Un chauffe-eau solaire, c’est quoi ? Il s’agit d’un dispositif qui se compose de plusieurs éléments, dont deux principaux qui sont les capteurs solaires thermiques photovoltaïques, et le ballon de stockage.

Les panneaux ou les tubes sont chargés de capter l’énergie du soleil, afin de la transformer en chaleur.

Ils transmettent cette chaleur au tube du circuit hydraulique qui est rempli d’eau ou de liquide caloporteur.

Le liquide est donc chauffé, puis il circule à l’aide d’une pompe ou bien naturellement, selon les types de dispositif jusqu’au ballon.

Le liquide chaud entre dans l’échangeur thermique qui serpente à l’intérieur du ballon, et transmet sa chaleur à l’eau qui monte alors en température.

Lorsque le liquide caloporteur refroidit, il repart alors par un autre chemin, vers les panneaux, pour remonter en température.

Cette boucle se répète pour que l’eau reste toujours chaude.

Bien sûr le système s’arrête de fonctionner la nuit, mais le ballon est toujours prévu pour conserver l’eau à une certaine température pendant plusieurs heures.

Un régulateur stoppe également le dispositif lorsque l’eau est bien chaude dans le ballon, notamment sur un chauffe-eau à pompe électrique.

Lorsqu’on utilise de l’eau chaude, le ballon se rempli alors d’eau froide, et le système se remet en route automatiquement pour réchauffer l’eau qui vient d’arriver.

C’est un système qui peut être principal ou d’appoint, mais il nécessitera toujours la présence d’un deuxième système de secours, pour palier au manque de soleil, notamment en hiver.

Un chauffe-eau solaire vous permettra généralement de vous fournir entre 40 et 70 % de vos besoins en eau chaude.

Recevoir 3 devis gratuits

Les avantages d’un chauffe-eau solaire

Le principal atout d’une chauffe-eau solaire est qu’il dépend du soleil.

À moins d’un cataclysme, le soleil continuera à se lever pendant plusieurs milliards d’années, vous offrant donc une source d’énergie inépuisable.

C’est une énergie qui est également écologique :

  • On diminue grandement les émissions de CO2, la captation solaire ne provoquant aucune émission polluante.
  • On préserve les énergies fossiles qui brûlent pour apporter de l’énergie et sont forcément bien plus polluantes.

Le chauffe-eau solaire nous permet de ne plus chauffer l’eau à l’aide de l’électricité ou d’une chaudière pendant plusieurs mois.

On peut espérer obtenir entre 40 et 70 % de nos besoins en eau chaude au cours de l’année.

Bien sûr c’est un atout financier, puisqu’on économisera entre 40 et 70 % sur notre facture d’eau chaude.

La facture d’électricité sera généralement allégée, dans certains cas jusqu’à 30 %.

Pour une maison utilisant le chauffage au sol, et se servant d’un chauffe-eau solaire, on estime qu’il est possible de réaliser une économie de plus de 50€ par mois.

Enfin, c’est un système qui ne réclame que très d’entretien et qui est conçu pour fonctionner de manière quasi-autonome pendant 20 ans au minimum.

Les différents types de chauffe-eau solaire

On trouve 3 types de chauffe-eau solaire :

  • Le chauffe-eau à pompe électrique : C’est un système particulièrement prisé, pour une bonne raison, c’est qu’il peut s’installer dans la plupart des habitations, et quelle que soit leur configuration. Les éléments sont séparés, et le ballon peut-être placé où on le désire, que ce soit à la cave, dans une buanderie, dans les combles, au garage, ou à la salle de bains. C’est le système le plus coûteux, car il nécessite la présence d’une pompe électrique, et généralement d’un régulateur thermique. C’est également le dispositif le plus fragile, même si généralement le matériel est très solide, on n’est pas à l’abri d’une panne.
  • Le chauffe-eau à thermosiphon : C’est généralement la meilleure solution d’un point de vue qualité prix. L’installation est plus complexe, parce que le ballon doit toujours être à une hauteur plus élevée que les panneaux solaires. On placera donc généralement le ballon dans les combles lorsque les panneaux seront sur la partie la plus basse du toit, ou bien en façade. C’est un système qui fonctionne sans pompe, l’eau remonte naturellement des panneaux jusqu’au ballon lorsqu’elle est chaude, et elle redescend en refroidissant. C’est donc moins coûteux en terme de matériel, il n’y a pas d’entretien ou presque, et la panne est quasiment impossible.
  • Le chauffe-eau monobloc : C’est un dispositif qui reprend le même système de fonctionnement qu’un chauffe-eau à thermosiphon. La différence est que tout le système est placé dans le même châssis. C’est le dispositif le moins coûteux généralement, notamment en terme de pose. Il peut d’ailleurs être placé directement au sol, dans un jardin bien ensoleillé. En revanche, le ballon reste toujours à l’extérieur, et il est alors plus difficile de conserver l’eau à bonne température, notamment en hiver. C’est donc un dispositif que l’on utilisera plutôt en solution complémentaire d’un autre système.

Choisir son chauffe-eau solaire

eau-solaire-chauffe

Pour choisir votre chauffe-eau solaire, vous devrez vous poser quelques questions.

Quel type d’habitation souhaitez-vous équiper ? Est-ce un lieu isolé ? Souhaitez-vous que votre dispositif vous fournisse de l’eau chaude toute l’année ?

Est-ce juste un système d’appoint ? Voulez-vous également chauffer votre habitation avec l’eau chaude produite ?

Il faudra évaluer les ressources solaires de votre site, et calculer la rentabilité des différentes solutions.

Selon la configuration de votre logement, votre région, et vos besoins, certains systèmes seront plus adaptés que d’autres.

Recevoir 3 devis gratuits

Calculer le dimensionnement du chauffe-eau solaire

Il est impératif d’effectuer un dimensionnement aussi précis que possible.

La taille du ballon doit être calculée en fonction des besoins du foyer. On compte en moyenne 40 litres par personnes, et on ajoute toujours plus pour les machines diverses, que ce soit la machine à laver, ou encore le lave-vaisselle.

Pour une famille de 3 à 4 personnes on optera généralement pour un ballon d’au moins 200 litres.

Si on compte également chauffer son habitation, alors 100 litres supplémentaires ne seront pas de trop.

Il ne faut pas pour autant tomber dans l’excès.

Un ballon trop gros prendra de la place pour rien, l’eau sera chauffée inutilement, et vous gaspillerez de l’électricité si vous utilisez un système à pompe. L’eau stockée aura également tendance à stagner ce qui favorise l’apparition de bactéries.

Il faut ensuite calculer la superficie de panneaux solaires nécessaire pour chauffer facilement la quantité d’eau du ballon.

La contenance du ballon est donc un facteur important pour le calcul de la superficie des capteurs solaires.

Elle sera différente selon votre région. Dans le sud, 2 à 3 m² peuvent être suffisants pour un ballon de 200 litres, dans le nord il faudra prévoir entre 4 et 6 m².

Calculer la puissance du chauffe-eau solaire

chauffe-eau-solaire

Il faudra, à l’aide d’un professionnel, calculer le taux d’ensoleillement de votre habitation.

C’est ce qui permettra dimensionner ensuite l’installation.

Le nombre de personnes vivant dans le foyer aura son importance et donc la taille du ballon de stockage.

En calculant correctement la puissance nécessaire, vous ne vous retrouverez pas avec un dispositif offrant des performances décevantes par rapport à ce que vous espériez.

Un modèle sous-dimensionné vous coûtera forcément moins cher à l’achat, mais vos économies mensuelles ou annuelles, seront moindres et l’amortissement de l’investissement sera plus long.

À l’inverse, en sur-dimensionnant votre système, vous perdrez de la place, et l’eau aura tendance à stagner ce qui risque d’endommager plus rapidement le système.

Pour bien choisir votre chauffe-eau solaire, il est donc conseillé de se faire accompagner d’un professionnel, qui saura répondre à vos questions et trouver le meilleur compromis pour votre habitation.

Il faut savoir également qu’un système actif, avec pompe électrique, réclame plus d’entretien.

Un modèle passif, à thermosiphon ou monobloc ne réclame quasiment aucun nettoyage, si ce n’est une vidange du circuit hydraulique après un hiver très froid.

Prix d’un chauffe-eau solaire

Il y aura de grandes variations sur les prix, tout d’abord selon le type de chauffe-eau que vous choisirez d’installer, mais également selon votre région et l’esthétisme que vous envisagez.

Un chauffe-eau avec des panneaux directement intégrés à la toiture coûtera en moyenne entre 15 et 20 % qu’une installation plus classique.

Il faudra donc compter entre 4 000 et 6 000€, en compte le matériel et la pose par un professionnel certifié.

Ce prix sera forcément très différent selon la superficie de panneaux nécessaire, ainsi que la taille et le type de ballon de stockage.

Dans le sud, avec un beau soleil, 2 à 3 m² et un ballon classique suffisent pour une famille de 3 à 4 personnes, dans le nord, il faudra 4 à 6 m² et un ballon à double échangeur.

Quoi qu’il en soit, l’amortissement peut être rapide si vous choisissez le chauffe-eau adapté à votre habitation.

Au bout de quelques années, entre 5 et 10, vos économies en électricité, en gaz ou en fioul auront remboursé le prix de l’installation.

Crédit d’impôt et aides diverses

fonctionnement-chauffe-solaire-eau

Si le prix vous affole un peu, sachez que le gouvernement cherche à soutenir les initiatives écologiques.

On trouve donc tout d’abord un crédit d’impôt, qui a baissé à 30 % en 2016, mais qui reste tout de même un sérieux atout pour faire baisser la facture.

Votre projet peut-être également financé en partie ou totalement par un Écoprêt à taux zéro, qui aura forcément l’avantage de ne pas augmenter la note même si votre installation est payée à crédit.

L’ANAH et l’ADEME sont deux organismes de l’état.

Le premier s’occupe de l’évolution positive des habitations et le second de l’écologie pour les bâtiments et les logements.

Il est possible d’obtenir des subventions s’élevant à plusieurs milliers d’euros en faisant appel à eux.

Au final, le coût moyen d’un chauffe-eau solaire, après les aides, varie entre 2 000 et 4 000€.

C’est vraiment le moment d’en profiter, tant que le crédit d’impôt reste aussi attractif.

Recevoir 3 devis gratuits

Entretien chauffe-eau solaire

L’entretien d’un chauffe-eau solaire est réellement un jeu d’enfant.

On ne touche aux panneaux que dans les climats secs, ailleurs la pluie s’assure d’éliminer la poussière pour pourrait gêner les capteurs solaires.

Un professionnel, devra effectuer un contrôle tous les 3 à 5 ans, pour s’assurer de leur bon fonctionnement.

Il faudra bien évidemment s’assurer que rien ne vient gêner les capteurs solaires, que ce soit directement sur les panneaux, avec des feuilles, un sac plastique qui se serait envolé, ou bien le cerf-volant d’un enfant pourquoi pas.

Mais également contrôler qu’un arbre n’ait pas poussé excessivement pour venir faire de l’ombre à vos panneaux.

Pour le reste de l’installation, ce n’est que de la vérification.

Il faut vérifier que tout est toujours bien stable, qu’il n’y a pas de fuite au niveau du circuit hydraulique et il n’y a rien de plus à faire pour les systèmes passifs.

Une simple vidange peut être nécessaire après un hiver particulièrement froid, notamment sur les dispositifs dont le ballon reste toujours à l’extérieur.

Pour un dispositif à éléments séparés avec une pompe électrique, il faudra faire contrôler parfois la pression du liquide caloporteur et bien sûr s’assurer que la pompe fonctionne correctement.

Des contrats de maintenance sont proposés par les fabricants ou les installateurs.

Ils ne coûtent généralement pas très cher et permettent aux particuliers de laisser des professionnels gérer l’entretien de l’installation.

Le contrôle visuel sera toujours à effectuer, mais il y aura un contrôle plus sérieux pour permettre à votre dispositif de durer plus longtemps et de rester toujours aussi performant.

Le contrat de maintenance peut être compris dans le prix global du projet, et il me semble qu’il n’y a vraiment aucune raison de s’en passer.

Obtenir 3 devis

Gratuit & Sans engagement


Cliquez ici